Une saga pas tarte du tout

Si je vous dit Marie, vous pensez peut-être à la vierge? Et bien moi je pense… aux plats préparés! La saga publicitaire de Monsieur Marie, imaginée par l’agence CLM BBDO, existe depuis mon premier anniversaire: 1986. Si vous êtes pas trop nuls en maths vous devriez deviner mon âge rapidement.

Avec le slogan Ce n’est pas parce que c’est déjà fait qu’il ne faut plus le faire (vidéo), la marque a dans un premier temps utilisé un discours déculpabilisateur, inévitable dans ces années.

Dix ans les plats préparés se sont largement glissés dans nos modes de vie et la discours change avec l’objectif de transformer la préparation du plat préparé repas en acte d’amour. Ça donne alors, toujours avec Monsieur Marie: L’amour, ça se cuisine tous les jours ou  encore Vous reprendrez bien un peu d’inspiration. L’arrivée des premières barquettes « micro-ondables »coïncide avec la dernière apparition de Jean-Claude Dreyfus.

Encore un saut de dix ans: la marque quitte CLM BBDO pour JWT Paris et la mécanique de l’intrusion est abandonnée. Il s’agit dans le nouveau message de dédramatiser les soucis du quotidien. Rapidement la marque se rapproche de la jeune mère de famille urbaine et active en confiant son image à une blogueuse dessinatrice Pénélope Bagieu (plus connue sous le nom de Pénélope Jolicoeur). Celle-ci avait déjà créé des personnages pour une campagne d’affichage de Bourgeois:
Cette fois, en plus de véritables mini bandes dessinées terminant toujours autour d’un repas Marie (notamment diffusées sous forme de teasing dans le 20Minutes), Pénélope a illustré tout un blog dans lequel on retrouve les histoires du couple héros de la série. Elle a également animé ces personnages pour que les lecteurs les retrouvent dans les films publicitaires.

 

Pour moi la nouvelle recette de Marie est réussie: la cible visée est atteinte, le message est compris et adapté à la cible, et les médias se complètent comme une tarte Marie accompagnée de salade.
Rappelons tout de même que les plats préparés sont le fléau de la malbouffe. Responsables de l’obésité, les sur-emballages de ces produits sont également responsables de l’augmentation de nos déchets. Alors les plats Marie c’est comme la Sainte Marie mère de Jésus, il faut faire appel à elle  avec parcimonie.
email
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on TumblrBuffer this pagePrint this pageEmail this to someone