Le monde merveilleusement nucléaire d’Areva

Les 10 ans d’Areva ont fait couler beaucoup d’argentencre.  Le spot télé est en effet une grande prouesse dans divers domaines:
1) C’est un travail colossal pour une super production digne d’un film de Walt Disney, un storytelling sublimement riche et créatif et une composition musicale de ouf (Funkytown interprétée par le groupe américain de disco Lipps Inc).
2) C’est un superbe exemple de greenwashing, un manque de sincérité impardonnable.
3) Enfin, c’est un véritable gâchis:  8 mois et 15,5 millions d’€ (achat d’espaces compris, ce qui ferait 4M de production tout de même), pourquoi investir dépenser tant d’énergie et une telle somme alors qu’Areva ne vend rien aux particuliers?! Sans oublier qu’Areva est détenu à 90% par l’état… nous subventionnons donc cet anniversaire.

Je suis complètement en phase avec Gildas Bonnel, fondateur de l’agence Sidièse et membre du collectif de communication responsable « Adwiser », qui est dérangé par l’image « fun, ethérée et hors-sol » du nucléaire qui se dégage de cette campagne. Il parle de « virtualité décalée » : « Alors que le nucléaire est une activité industrielle anxiogène, on nous donne ici l’impression d’une grande boîte de nuit mondiale. » C’est exactement ce que j’ai ressenti lorsque j’ai vu cette pub.

Voici la bête:

Heureusement les téléspectateurs ne sont pas dupes et commencent à ne plus supporter ces discours peu sincère. Déjà, la campagne de 2004 « Les experts de l’énergie », qui utilisait un ton pédagogique avait énervé.
En 2009 le slogan « L’énergie au sens propre » (également imaginé par EuroRSCG) avait été suspendu par l’ARPP après une plainte déposée par les Verts.
Alors Areva revient avec un ton plus jovial parce que les français sont moroses, et avec une nouvelle signature des plus hypocrites « L’énergie est une histoire qui n’a pas fini de s’écrire. Continuons de l’écrire avec moins de CO2« .  Ce qui donne un monde merveilleux dans lequel danser à côté d’une centre nucléaire n’est pas un problème.
Évidemment, ce film est passé entre les mailles du filet de l’ARPP et il a donc fallu qu’un réseau se forme pour porter plainte. Jacques-Emmanuel Saulnier, directeur de la communication et porte-parole du groupe Areva, se défend tant bien que mal: « Personne n’a jamais dit que le nucléaire est une énergie renouvelable ». Verdict de l’ARPP  dans le courant de la semaine prochaine.
Parodie du Réseau Sortir du nucléaire:
Ils en parlent:
Cyrille Chaudoit, qui était invité parmi d’autre blogueurs à rencontrer les agences Euro RSCG C&CO et H5 à l’origine  de cette campagne, partage ses impressions avec tact mais transparence sur son blog: Areva met en scène l’épopée de l’énergie.
Terra Eco dans l’article Publicité Areva: décryptage d’une propagande.
Anne Sophie Novel dans le blog Ecolo-Info
Pierre Siquier, Président de Ligaris qui n’est pas vraiment d’accord avec toute cette polémique; à lire dans Adwiser.

Mise à jour 08/03/2011:

Saisi en janvier dernier sur la campagne publicitaire d’Areva baptisé « l’épopée de l’énergie », le Jury de déontologie publicitaire (JDP) a rejeté les plaintes déposées par des particuliers et l’association Réseau «Sortir du Nucléaire ».
Les plaignants considéraient que le film était de nature à induire en erreur les consommateurs car il créait une confusion dans la présentation des énergies, en présentant l’histoire de l’énergie de manière simplifiée, en valorisant l’énergie nucléaire alors qu’elle ne représente que 6% de l’énergie au niveau mondial et en suggérant que l’activité de la société Areva n’avait pas d’impact sur l’environnement.
Mais le JDP a jugé que « les messages publicitaires en cause ne méconnaissent pas les dispositions de la Recommandation Développement Durable« . « Le message dénoncé par les plaignants ne peut être qualifié de mensonger », complète le JDP.

email
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on TumblrBuffer this pagePrint this pageEmail this to someone