La publicité extérieure, un prix, une loi

Eurostar, avec sa campagne (par Leg) pour ses 15 ans, a remporté le Grand Prix de la communication extérieure. Une habitude pour Eurostar, pour qui c’est la 4ème fois depuis 2000 qu’il remporte ce prix.
5 autres campagnes ont été primées:
– Evian (BETC Euro RSCG),
– Chupa Chups (DDB Paris),
– (encore) Eurostar « Quand êtes vous allé à Londres pour la dernière fois ? » (Leg),
– Orange « Ligue 1″ (Publicis Conseil)
– et Perrier (Ogilvy).
C’était la 37e édition du Grand Prix de la Communication Extérieure, organisé par l’Union de la Publicité Extérieure (UPE). Mais c’est quoi ce prix ? C’est quoi la publicité extérieure?

On a l’habitude de regrouper les grands médias en 6 catégories : affichage, radio, presse, tv, cinéma et Internet. La publicité extérieure, quant à elle, regroupe l’affichage, la publicité dans les transports publics, le mobilier urbain et la publicité lumineuse ou événementielle… se déclinant dans des lieux tels que rues, bus, métros, gares, aéroports, commerces de centre-ville, parkings, centres commerciaux, toitures d’immeubles… Pour faire simple : toute publicité extérieure (tiens donc ?).
La publicité extérieure est l’un des médias les plus anciens et certaines affiches appartiennent au patrimoine national, d’où l’idée du Grand Prix de l’Affichage qui récompense chaque année les plus belles créations, remis par l’Union de la Publicité Extérieure (organisme regroupant  une quarantaine de sociétés, nationales, régionales ou locales). Les médias ayant tendance à se digitaliser, ce prix de l’affichage est devenu le prix de la publicité extérieure (pas très compliqué finalement!).

Rétrospective des prix

Mais il y a débat au sujet de cette publicité extérieure : elle dévisage, pollue, dégrade le paysage.

Le problème est que le dispositif réglementaire en vigueur est fondé en grande partie sur la loi du 29 décembre 1979… pas tout neuf ça ! Et le flou de cette loi permet à la pression publicitaire de s’intensifier toujours plus contre la protection des paysages. Après avoir subi une baisse historique de son activité en 2009 de 10,9%, le secteur de l’affichage aurait progressé de 5% au premier semestre 2010. Ce n’est donc pas la crise qui anéantira la publicité extérieure.

En janvier 2009 une concertation sur la réforme de législation en matière de publicité extérieure a été lancée.
Deux axes sont étudiés : inscrire la régulation en matière de publicité extérieure dans la logique des lois de décentralisation, en conférant cette compétence aux élus, tout en favorisant une approche intercommunale ; démocratiser la procédure d’élaboration des règlements locaux en l’ouvrant également aux associations.

Le grenelle II aurait du être une solution.
Certains articles interdisent d’ailleurs désormais toute publicité en dehors des lieux qualifiés d’agglomération par les règlements relatifs à la circulation routière, mais également dans certains lieux limitativement énumérés à l’intérieur d’une agglomération.

La loi va ainsi supprimer, d’ici cinq ans, les règlements locaux de publicité et les pré-enseignes dérogatoires pour y substituer un dispositif de pré-enseignes harmonisées centralisées ou une signalétique nationale plus ou moins identique ou identifiable.

Mais comme toujours ce retournement de situation ne peut pas convenir à tout le monde. Des professionnels, notamment les commerçants de centre-ville (on n’oublie pas les sociétés qui s’étaient spécialisées dans cette forme de signalisation, mais elles s’en remettront bien vite) n’ont que ces enseignes-là pour être indiquées sur les voies de contournement et sont donc en péril.
D’après le SNPE (le Syndicat national de la publicité extérieure et non pas  le groupe industriel spécialiste de la chimie fine!), pour limiter la quantité, il suffisait simplement de faire appliquer la loi en date de 1979, ce qui n’a jamais été vraiment fait. Aux abus, on trouve toujours des solutions radicales.

 

 

 

 

email
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on TumblrBuffer this pagePrint this pageEmail this to someone