cocacola_life_greenwashing

Derniers cas de greenwashing

Le greenwashing a encore de beaux jours devant lui.  Début début 2015 l’aura prouvé sans trop de mal avec ces deux cas d’école : la campagne de publicité pour Coca-Cola Life , et celle du sérum végétal de Yves Rocher.

Coca-Cola Life

À base de stévia, sans aspartame, moins riche en sucre et en calories que l’original mais plus que le light, le soda le plus célèbre du monde espère toucher une catégorie de consommateurs soucieux de leur santé, en quête de naturalité.

Une étiquette verte, un décor d’herbe fraîchement coupée, un champ lexical  de la nature et de la santé. Oui, il s’agit bien d’une publicité Coca-Cola!

Voir le spot télé coca-life-pub

Côté composition, la stévia alimente encore et toujours beaucoup de discussions, ses risques pour la santé ne seraient pas anodins. Son utilisation pure est d’ailleurs interdite en Europe, obligeant la marque d’extraire le seul extrait autorisé, le  rébaudioside.  Ce qui donne un goût bien amer au nom du produit, « Life » et ce qui se cache derrière (selon la directrice marketing): » une invitation à profiter de la vie «  !

Est-il besoin de rappeler les effets néfastes sur la santé de cette boisson, en dehors de la stevia? Ou encore les techniques de production polluantes ou encore les pratiques de développement de la firme, qui  est d’ailleurs poursuivie en justice pour des pratiques mettant en péril des nappes phréatiques en Inde (entre autres).

La marque ne semble pas être gênée par ces détails. Dans le monde entier, sa boisson  à la stevia  prône les mêmes vertus: bon pour la santé et pour l’environnement. 

 

Le Sérum Végétal de Yves Rocher

Le créneau de Yves Rocher, c’est la beauté au naturel, la cosmétique végétale.  La marque se revendique même « Inventeur de la cosmétique naturelle » et éco-responsable. Adepte des campagnes de publicité corporate surfant sur cette identité au naturel, Yves Rocher se rend encore une fois coupable de greenwashing, cette fois avec une campagne produit: le Sérum Végétal. 

Un énorme dispositif a été conçu pour que la campagne soit vue par toutes les femmes: campagnes TV, Facebook, presse, web pour toucher en moins de 24h plus de 8 femmes sur 10 !

Voir la campagne TV

serumvegetal yvesrocher

Le film, très réussi au niveau esthétique,  met en scène les  » mécanismes de vie  » avec du vert, des feuilles, des gouttes, des feuilles à nouveau, toujours du vert, re-des feuilles, re-re-du vert…

Les arguments, enrobés dans de jolies phrases, donnent eux aussi envie:  « les actifs végétaux de la cosmétique végétale sont d’une efficacité remarquable », « qui rend la cosmétique végétal d’Yves rocher unique », « la cosmétique végétale est le futur de la beauté »…

Et pourtant lorsque l’on regarde la composition, dès le troisième ingrédient (les deux premiers étant l’eau et la glycérine) nous sommes face à un doute: Ethylhexylstearate … ne serait-ce pas un produit synthétique? Voyons voir le suivant: Diméthicone… un silicone ! Étrange pour une crème revendiquée comme issue de la cosmétique végétale!

Certes Yves Rocher présente des produits avec peu de dérivés pétrochimiques ainsi qu’un une gamme bio plutôt conséquente dans les rayons. Mais il n’y a aucun doute sur cette campagne de publicité: greenwashing!

email
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn39Share on TumblrBuffer this pagePrint this pageEmail this to someone