total commited to better energy greenwashing 2

450 millions de personnes enrôlées par Total

Comme une impression de déjà vu. Comme une impression de tourner en rond. Pour lui permettre de devenir une marque reconnue dans le monde, l’agence Marcel (oui, encore eux) a conçu pour Total une campagne corporate déclinée dans 21 pays.  La signature est à la hauteur de l’investissement -50 millions d’euros- : « Committed to better Energy » soit en français « Engagé pour une énergie meilleure ».

La signature « Committed to Better Energy »

Selon le groupe,  «Plus qu’un slogan, il s’agit de notre ambition collective, la ligne directrice dans laquelle s’inscrivent toutes nos actions au quotidien. »

 Ecrit noir sur blanc sur leur site, Total affirme «répondre aux défis du changement climatique en développant une offre énergétique diversifiée, moins émettrice de CO2 et visant une meilleure utilisation des ressources  ». Cette signature représente également la «relation de confiance établie dans la durée avec nos parties prenantes ».

Où sont les chiffres, où sont les preuves?  Encore que Total arriverait à faire parler les chiffres en sa faveur… Comment la société pétrolière,  peut-elle assurer qu’elle oeuvre pour notre sécurité alors que des risques graves pour l’environnement (et l’humain) sont directement liés à ses activités… et que ces risques deviennent parfois réalité?

Doit-on énumérer les quelques catastrophes causées par la société ( naufrage de l’Erika,  marée noire dans le Golfe du Mexique –BP-,  fuite de gaz en mer du Nord)? Doit-on rappeler que Total avait obtenu  en 2010 un permis de recherche pour exploiter le gaz de schiste en France, exploitation qu’ils considèrent pouvoir être propre? Doit-on rappeler que la société a été nominée, tout comme l’année dernière pour le prestigieux Prix Pinocchio (d’abord pour son projet d’exploitation de gaz de schiste en Argentine, puis pour ses pratiques d’extraction dans le Nigeria)?

Avec cette nouvelle campagne, Total tente de faire oublier les dangers liés à ses activités. Avec son film et ses mots -énergie plus sûre, plus propre, plus efficace, plus innovante, accessible au plus grand nombre- elle bourre le crâne des Français, Anglais, Indiens, Brésiliens, Américains…

total commited to better energy greenwashing

Un film « révolutionnaire »

Le dispositif est donc assorti d’une vidéo ayant pour objectif d’annoncer aux marchés le métier de Total ainsi que sa vision. Et quelle vision! Quelle ambition!  On croirait revoir le film d’Areva « L’épopée de l’énergie »

Le plan de matraquage

A travers sonplan média gigantesque, ce sont plus de 450 millions de personnes qui seront touchées.

– Affichage dans 15 aéroports internationaux (Abu Dhabi, Beijing, Buenos Aires, Dammam, Frankfurt, Johannesburg, Lagos, London Heathrow, Luanda, New Delhi, Paris CDG, Paris Orly, Rio de Janeiro, São Paulo, Shanghai).

– Diffusion de la campagne sur 80 chaînes de télévision et plus de 230 publications à travers le monde.

– Sur le Web, plus d’un milliard d’impressions (pour la première vague de cette campagne)

Pour s’étrangler encore un peu plus

Communiqué de presse
Interview de Jacques-Emmanuel Saulnier, directeur de la communication


Il ne s’agit pas (plus) ici de démontrer que cette campagne joue à 1000% la carte du greenwashing. Il pourrait s’agir de se demander comment une telle campagne peut encore naître et être présentée au grand public sans qu’elle ne soit sanctionnée. Mais la réponse, nous l’avons.

Que faisons-nous? Quelle responsabilité souhaitons-nous donner à nos métiers de la communication?  Ne prenez pas exemple sur ce typique cas de greenwashing s’il-vous-plaît et croyez-moi vous en serez récompensés.

email
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn3Share on TumblrBuffer this pagePrint this pageEmail this to someone