Roland-Garros vers du vert

Les Internationaux de France de Tennis ont accueilli l’an dernier plus de 460 000 visiteurs venant du monde entier. Si le Festival de Cannes n’a pas déroulé le tapis rouge à l’écologie, Roland-Garros s’engage peu à peu. Le tennis a été classé le 5ème sport le plus polluant par le magazine Sport et Vie en 2007 et l’année suivante un bilan carbone confié à l’agence Keneo venait enfoncer un peu plus le clou: Roland-Garros a généré l’émission cette année là l’équivalent de 155 860 tonnes de CO2. Certains me diront que cet événement de 15 jours n’est rien comparé aux usines qui polluent tous les jours notre planète ou demanderont si on a aussi mesuré le CO2 dégagé par la respiration des joueurs durant les efforts..

Mais la Fédération Française de Tennis (FFT) prend la chose au sérieux. Elle a en effet noué un partenariat de 3 ans avec l’Ademe qui lui a permis de bénéficier de son expertise. C’est ainsi qu’ en 2008, le Tournoi a réalisé son Bilan Carbone® dont le calcul prend en compte la consommation d’énergie, la climatisation, le fret, le transport des personnes, les matériaux et services entrant, les déchets et emballages ainsi que les amortissements sur les constructions. En fait 95 % des émissions sont dues aux transports du grand public qui vient suivre les matches, dont 86 % pour le seul transport aérien.

Des premières actions ont été alors engagées pendant le tournoi 2008, puis améliorées en 2009 et 2010.

Pour améliorer ce résultat, il a avant tout fallu se pencher sur la question des transports. Des bornes temporaires de Vélib’ ou des parkings à vélo ont été développés. En 2010, un service de covoiturage (covoiturage.fft.fr) a été mis en place, entrainant un bénéfice autre: une amélioration de la circulation aux abords des portes de Paris.

Quelques autres initiatives:
– Les serveurs informatiques ont été fortement réduits en nombre et en consommation électrique.
Des poubelles de tri sélectif ont été mises en place dans les allées de la Porte d’Auteuil et dans le Village, il était temps! Autre changement, la distribution de gobelets en carton consignés aux spectateurs du tournoi quand ceux-ci achètent une boisson, permettant l’économie (financière et écologique!) de 200 000 gobelets. 
Une charte a été élaborée à destination des ramasseurs de balle, arbitres, spectateurs: une série de bons gestes à suivre pendant le tournoi sont répertoriés dans le guide du Tournoi diffusé sur le site internet de Roland-Garros et pendant le tournoi.
– Enfin, les quelques 60 000 balles qui sont utilisées pendant le tournoi (Sauf pour les quelques balles du tournoi échapperont au recyclage : elles sont vendues au public en guise de souvenir) seront récupérées par la FFT dans le cadre de son « Opération balles jaunes » : les balles seront recyclés en revêtement de salle de sport offert à des associations et à des centres de rééducation pour personnes handicapées.
Sachant qu’une balle de tennis met environ 2500 années à se dégrader et que chaque année 14 millions de balles sont vendues en France, cette dernière résolution n’est pas anecdotique. L’idée a même fait son chemin dans la filière du tennis puisque l’opération a été lancée auprès des 8 400 clubs de tennis: 150 000 balles ont été collectées lors de la première année et 600 000 espérées pour 2010 .
Même s’il faut garder en tête que les résultats sont encore mitigés avec un rendement plus que moyen (40 000 balles sont nécessaires pour un tapis de 100 m²) et un bilan écologique total plombé par le transport nécessaire au recyclage, le sport est considéré comme un formidable moyen de sensibiliser un large public puisqu’il porte les valeurs de respect et d’engagement. C’est pourquoi j’ai tendance à penser que ce genre d’initiative n’est pas vaine!
email
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Pin on Pinterest0Share on LinkedIn0Share on TumblrBuffer this pagePrint this pageEmail this to someone